Je t'attendrai (Le déserteur, 1939) de Léonide Moguy : l'explication

Hédy Sellami



Film français.

Noir et blanc.

Le film aurait d'abord été titré Le déserteur, avant que la censure n'amène à choisir finalement le titre Je t'attendrai.

Sur la copie que nous avons vue, et dont le générique donne bien le titre Je t'attendrai, le visa de censure est de 1945.




Je t'attendrai (Le déserteur, 1939) de Léonide Moguy : l'explication


Eclair-Journal

Scénario de Jacques Companeez et Michel Deligne

Adaptation de Jacques Companeez et Jean Aurenche

Dialogues de Marcel Achard

Musique d'Arthur Honegger et Henry Verdun

Chanson de G. Van Parys

Edition Francis Salabert

Photographie de Robert Le Febvre

Assistant metteur en scène : Jacques Rémy

Opérateurs : André Germain et Léon Bellet

Décorateur : Robert Gys

Montage : Pierre de Hérain

Ingénieur du son : Marcel Courmes

Conseiller délégué par l'Union Nationale des Anciens Combattants : E. de Marguenat

Tourné à Paris Studios Cinéma, Billancourt, sur Western Electric Wide Range

Production Eclair-Journal


Jean-Pierre Aumont est Paul
Corinne Luchaire est Marie
Berthe Bovy, de la Comédie Française, est la mère de Paul
Delmont est le père de Paul
Bergeron est le tenancier borgne du café
Aimos est un soldat ami de Paul
Roger Legris



L'action commence en octobre 1918, donc peu avant l'Armistice, en Artois, en France.

Paul fait partie d'un groupe de soldats immobilisés dans un train parce que les Allemands ont bombardé la voie ferrée, qu'il faut réparer.
Or, le train se trouve à une courte distance du village dont Paul est originaire, village dans lequel se trouvent ses parents et la jeune femme qu'il aime, Marie, laquelle ne lui a plus donné de nouvelles depuis deux mois.
Paul demande à son supérieur l'autorisation d'aller dans son village pour revoir Marie, arguant qu'il sera de retour avant que le train ne reparte, l'histoire de deux heures à peu près.

Paul retrouve Marie dans une sorte de café plein de soldats qui tentent de la toucher, café tenu par un borgne qui louche aussi sur la jeune femme.
Marie adresse à Paul des reproches qu'il ne comprend pas, et lui-même la tance parce qu'elle travaille dans ce bouge. Ils se quittent fâchés, après que Marie eut accusé la mère de Paul de s'être débarrassée d'elle dès qu'il est parti au front, et d'avoir caché les lettres qu'il lui envoyait, lui apprend-il, tous les jours, lettres qu'elle n'a jamais reçues.

Paul va chez ses parents. Il dit qu'il oubliera Marie, de quelque manière que ce soit. Son père comprend qu'il veut se suicider.
Aussi les parents finissent-ils par reconnaître que Marie disait vrai (notre extrait).
La mère de Paul crevait de jalousie, elle l'avoue, et ne voulait pas que Paul finisse par épouser Marie à son retour du front, cette Marie qui, au surplus, était une gamine de l'Assistance Publique, sans parents et sans fortune.

Paul court retrouver Marie. Ils se réconcilient. Paul fait jurer à Marie qu'elle va retourner chez ses parents.
Mais, le tenancier du bouge survient et veut les empêcher de partir, car il a fait prévenir les gendarmes que Paul est là sans permission et il veut que le garçon se fasse arrêter. Lui et Paul se battent, Paul a le dessus, le tenancier s'effondre et ne bouge plus, Paul et Marie le croient mort.

En fait, le tenancier n'est pas décédé. Il meurt, semble-t-il, après que des avions allemands eurent bombardé le café.

Paul a juste le temps d'attraper le train qui repartait sans lui. Marie et la mère de Paul sont allées en charrette sur le trajet du train, elles crient à Paul qu'elles l'attendront.





Jean-Pierre Aumont est Paul

Aimos et Jean-Pierre Aumont

Corinne Luchaire est Marie

Je t'attendrai (Le déserteur, 1939) de Léonide Moguy : l'explication

Berthe Bovy est la mère de Paul

Jean-Pierre Aumont et Berthe Bovy
Je t'attendrai (Le déserteur, 1939) de Léonide Moguy : l'explication

Je t'attendrai (Le déserteur, 1939) de Léonide Moguy : l'explication

Delmont est le père de Paul

Bergeron est le borgne

Je t'attendrai (Le déserteur, 1939) de Léonide Moguy : l'explication

Je t'attendrai (Le déserteur, 1939) de Léonide Moguy : l'explication