L'affaire du Courrier de Lyon (1937) de Maurice Lehmann : la confrontation avec les témoins

Hédy Sellami



Film français qui s'inspire d'une histoire vraie.

L'affaire du Courrier de Lyon (1937) de Maurice Lehmann : la confrontation avec les témoins

Les distributeurs français

Collaboration de Claude Autant-Lara, Louis Beydts pour la musique, Jean Aurenche pour le scénario

Chef opérateur : Michel Kelber

Opérateur : Philippe Agostini

Ingénieur du son : Yvonnet

Décors : Krauss

Montage : Marguerite Beaugé

Tourné au Studio Eclair à Epinay-sur-Seine

Enregistrement Tobis-Klangfilm

Eclairage : Groupes Electrogènes Luxtone

Editions Choudens



Pierre Blanchar est Joseph Lesurques et André Dubosc
Dita Parlo est Mina ou Nina Lesurques, épouse de Joseph
Jacques Copeau est le juge Daubenton
Charles Dullin est l'aveugle
Sylvia Bataille est Madeleine Brebant
Hélène Robert est Eugénie Dargence, femme de petite vertu
Monique Joyce est Claudine
Alcover est Durochat, l'un des bandits
Jean Tissier est Courriol, autre bandit
Dorville est Choppart, autre membre de la bande
Kerien est Bruer, simple d'esprit qui fait partie de la bande des malfrats
Jacques Varennes est le juge Gohier
Andrex est l'avocat de Lesurques
Rolla est l'accusateur public
Lily Lamb est madame Tallien
Gilberte Géniat est la fille Sauton


L'action commence vers l'an 1796, en France.

Dubosc dirige une bande de malfrats. Ses acolytes sont Courriol, Durochat et Choppart.

Ils attaquent une malle poste qui transporte pour sept millions d'assignats. Au passage, ils tuent les convoyeurs.

Malheureusement, un certain Lesurques, ami de Courriol, mais honnête et qui n'a rien à voir avec la bande, fait une promenade en calèche au même moment avec une femme de petite vertu.
Or, Dubosc ressemble beaucoup au blond Lesurques, d'autant qu'il s'est teint les cheveux en blond.
Aussi, plus tard, des témoins qui ont vu la bande dans une auberge, jurent, en toute bonne foi, que Lesurques en faisait partie (notre extrait).
Choppart, Durochat et même Courriol se gardent bien d'avouer que Lesurques est innocent, d'autant que cela reviendrait à reconnaître du même coup leur participation au vol et à l'assassinat.

Marié, Lesurques est obligé de dire à son épouse que, ce soir-là, il batifolait avec une prostituée.
L'épouse dévouée retrouve la demoiselle, qui accepte de venir témoigner au procès.
Hélas, le président du tribunal veut à tout prix envoyer toute la bande à la guillotine, y compris Lesurques. Violant ses devoirs les plus élémentaires, il rejette tous les témoignages favorables à Lesurques, celui de la prostituée mais aussi celui d'une autre jeune femme.
Alors que, maintenant, on parle ouvertement d'un membre de la bande qui ressemble à Lesurques, le président du tribunal reste droit dans ses bottes.

Les quatre inculpés sont donc condamnés à être guillotinés.
Choppart et Courriol avouent l'innocence de Lesurques, ils la crient jusque sur l'échafaud, avant d'être décapités.
Mais, Lesurques est guillotiné aussi.

Environ un an après, Dubosc est arrêté et guillotiné. On sait maintenant que Lesurques était innocent.





L'affaire du Courrier de Lyon (1937) de Maurice Lehmann : la confrontation avec les témoins

Pierre Blanchar est Joseph Lesurques ...

... et André Dubosc
L'affaire du Courrier de Lyon (1937) de Maurice Lehmann : la confrontation avec les témoins

Dita Parlo est la compagne de Lesurques

Alcover est Durochat
L'affaire du Courrier de Lyon (1937) de Maurice Lehmann : la confrontation avec les témoins

Dorville est Choppart
L'affaire du Courrier de Lyon (1937) de Maurice Lehmann : la confrontation avec les témoins

Sylvia Bataille est Madeleine Brebant

Jacques Copeau est le juge Daubenton

Jacques Varennes est le juge Gohier
L'affaire du Courrier de Lyon (1937) de Maurice Lehmann : la confrontation avec les témoins

Hélène Robert est Eugénie Dargence
L'affaire du Courrier de Lyon (1937) de Maurice Lehmann : la confrontation avec les témoins

Charles Dullin est l'aveugle

Jean Tissier est Courriol